Forum des Joueurs de Chimeres

Forum de l'association Les Joueurs de Chimeres
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
LES JOUEURS DE CHIMÈRES, JOUER EN TOUTE CONVIVIALITÉ

Partagez
 

 Les confidences du Bouffon

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMer 1 Juin 2005 - 3:00

Bonjour, vous me reconnaissez...
Je crois bien que non, je suis Dante Machiavelli le compagnon d'épouvante du maitre...
Il croit que je suis le fruit de son imagination, mais c'est moi qui tire les ficelles dans l'ombre...
Je suis ici pour vous contez les aventures d'un petit groupe d'aventuriers perdu quelque part dans la terre des brumes...
Les confidences du Bouffon Gothique189bf
prenez ma main...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMer 1 Juin 2005 - 3:06

Laissez moi vous compter l’histoire de

Aïremyllia Malchor, la jeune Barde individualiste & autonome à l’esprit sombre et fataliste.
Ilioc Astulen, le Guerrier Caliban à la silhouette aussi impressionnante que bancale et difforme.
Iocli Astulen, le rigide Paladin qui s’accroche à la vertu comme un noyé à une enclume.
Kane Ombrenoir, l’apprenti Nécromancien, effacé et distant, mais aspirant à brûler les étapes.
Kira Fleur de Lotus, l’espiègle et dégourdie Ensorceleuse Demi-Vistani, tour à tour câline, inquiétante et calculatrice.
Kralïn, le Nain roublard pré-adolescent, grossier et malodorant qui ne rêve que de faire parler la poudre.

Nous sommes à l’aube du Festag 17 Mitterherbst et nos jeunes héros sont encore endormi dans le petit deux pièces qu’ils partagent dans le quartier du Peuple à Port-à-Lucine.
Le pas lourd d’Alfonzo (Caliban à tous faire de l’orphelinat) ce fait entendre dans l’escalier.
Celui ci vient annoncer que nos amis sont attendu par Raoul Prosper (le directeur dû-dit Orphelinat) en début d’après midi, l’affaire a l’air urgente et Alfonzo inquiet…
Après grâce matinée pour certain et chamailleries pour tous, nos locataires décident de déjeuner d’un rapide gruau et de quelques fruits…
Tous ont à l’esprit l’arriéré de trois mois de loyer de retard dont ils sont redevables et le probable arrêter d’expulsion qui leur pend au nez…
Qu’importe pour le moment…
Le petit groupe se fraye un chemin au travers de la place du marché, et prend la direction (entre deux prises de becs) du quartier du promontoire qui surplombe la ville…

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMer 1 Juin 2005 - 3:16

Une fois parvenues devant l’orphelinat du Doux Séjour, notre petite troupe s’aperçoit que l’endroit semble avoir besoin de quelques réfections (grille un peu rouillée, peinture qui commence à s’écailler par endroit, toiture qui aurait besoin de quelques réfections, et j’en passe…).
Guiling…Guiling… fait la sonnette de la porte du manoir (Kralïn se place en retrait et fait des efforts vains et désespérés pour arranger sa mise).
Un pas lourd, ressemblant à la charge d’un troupeau de mammouth ce fait entendre dans le hall…
Hilge, la nounou Ogresse ayant anciennement torcher les fesses de nos valeureux Héros, apparaît sur le perron.
Elle paraît soulagée de leur apparition, et leur reproche en bougonnant le temps qu’ils aient mit pour venir…
Après quelques rapides effusions (curieusement, bien plus courte qu’à l’ordinaire), elle les conduit directement jusqu’au troisième étage de l’orphelinat.
Curieusement, aucun moufflets ne déambule dans les couloirs, tous sont en salle de cours, la discipline à l’air de régner plus encore qu’à l’ordinaire…
Une atmosphère un peu lourde règne sur le manoir.
Après avoir fait anti-chambre quelques instants dans le salon privé du maître de maison, ils pénètrent enfin dans la chambre de Raoul Prosper (ou règne une forte odeur de médicament).
Aïremyllia remarque étonnement que deux tableaux (des paysages marins de la Baie de Parnault, … assez mélancolique de surcroît) ne sont plus accrochés au mur…
Mathilde, jeune femme dévouée et timide (la première pensionnaire des lieux) est au chevet du malade.
La petite silhouette de Raoul Prosper, est allongée dans son lit, quelques oreillers placer derrières son dos pour l’aider à se relever à l’arrivée de ses anciens protéger.
Jamais auparavant, ils ne l’avaient vu dans cet état, peut être imaginé t’ils qu’il était immortel…
Mais le Halfling se fait bien vieux maintenant, et chacun commence à en prendre conscience.
Un peu de remord assailli nos amis (il est vrai que depuis leur départ de l’orphelinat, il y a environ un an, leurs visites se faisaient moins fréquentes…) mais de là à ce douté que leur bienfaiteur soit au plus mal…
Chacun prend place autour du petit lit, Mathilde leur demande gentiment de ne pas trop le fatiguer, puis elle quitte discrètement la chambre.
Raoul Prosper ouvre péniblement les paupières faisant un effort sur lui-même pour ne plus somnoler, il a gardé le peu de force qui lui reste pour s’entretenir avec eux.
Son lit et trempé par la sueur, et il est parfois agité de petits tremblements…
Inconsciemment nos Héros redoute des propos plus inquiétants encore que son état de santé actuel…
Et… c’est encore pire que ce qu’ils auraient pus prévoir…
En effet, les propos douloureux du vieux Halfling, révèle que l’orphelinat traverse une grave crise financière depuis environ un an, pour faire face aux factures toujours plus nombreuses, il a finit par vendre la plupart de ses objets personnels ayant quelques valeurs mais cela n’a pas suffit…
Il a dû contracter différents crédits afin de pouvoir tenir, et avait un an pour rembourser (il comptait sur d’anciens compagnons d’aventure lui devant d’importantes sommes d’argents, mais, c’était il y a bien longtemps, la plupart sont mort ou n’avaient pas les moyens d’honorer leur dette).
En dernier recourt, il s’est décidé à battre le rappel de ces anciens pensionnaires les plus dégourdis et les plus chers à son cœur (on ce demande bien pourquoi… hé…hé…hé).
Maintenant, il ne reste plus que six jours pour trouver la somme ou l’orphelinat sera vendu aux enchères (vingt années de dévotion et d’effort réduit à néant, et une cinquantaine d’enfants d’on le destin ne dépend plus que de la débrouillardise et l’inventivité de nos héros (prions..).
Et, c’est la bouche béante que nos anciens pensionnaires apprennent qu’ils leur faut trouver une somme globale de 10 000 Solaires (Po) avant la date fatidique (eux qui n’en n’ont déjà
pas 18 pour payer leur arriéré de loyer, risquant ainsi d’être jeter à la rue d’un jour à l’autre !).
Tous font des efforts héroïques pour faire bonne figure…
A bout de force, Raoul Prosper indique qu’ils trouveront l’ensemble des documents relatifs aux difficultés financières de l’orphelinat, dans un épais dossier marron sur son bureau…
Cette fois, le Halfling a trop présumé de ces forces, et s’évanoui de fatigue et d’émotion.
Mathilde ne tarde pas à paraître afin de s’occuper du malade (chacun remet à plus tard le faîte de la questionner un peu sur la situation actuelle de Raoul Prosper et de l’orphelinat).
A peine sortie de la chambre, s’ensuit une cacophonie générale sur la teneur des révélations, la somme proprement délirante à réunir, les personnes à interroger, mais en attendant c’est la bousculade vers le bureau… (s’est bien la première fois qu’il mette tant d’empressement pour si rendre, n’est ce pas M. Kralïn…).
Chacun y va de sa besogne, Kralïn ouvre le dossier et passe les feuillets à Ilioc qui trie les factures, Kira quant à elle s’intéresse à une autre porte et… s’aperçoit quelle est fermée (hum… si c’est fermé c’est forcement intéressant, et puis c’est là seule fois ou le « vieux » est pas là, alors…zut mon serpent y passe pas en dessous) qu’à cela ne tienne, Kane qui voit tous en profite pour la devancer, et envoi sa chauve-souris par la fenêtre afin de pouvoir jeter un coup d’œil par le carreau (ça a l’air d’une bibliothèque…) souffle t’il à l’oreille de Kira.
Pendant ce temps, Iocli et Aïremyllia fouillent les étagères surchargées de livres qui encombre la pièce (cette dernière finit par trouver derrière un recueil sur le culte d’Ezra, un petit carnet noir, visiblement la petite écriture fine est celle du Halfling et il pourrait s’agir d’une sorte de journal intime…) elle décide de ranger discrètement l’ouvrage et en remet la lecture pour plus tard…
Kralin et Ilioc ont finit d’éplucher les factures et mette la main sur les documents recherchés :
-Une liasse de copie de documents à l’entête de la banque Lindman & Fils en date d’environ un an, concernant un prêt de 6000 Solaires à 10% d’intérêts.
-Des papiers concernant un prêt avec reconnaissance de dettes à l’entête de Zabowski & Associés (Cabinet d’usuriers) pour un montant de 2000 Solaires à 20% d’intérêts.
Kralïn se gratte la tête « bon alors ça fait 6600 Solaires + 2400 Solaires, pour un total de 9000… y manque 1000 Solaires pour arriver à 10 000… ».
« Mouai en espérant que les intérêts étaient comptés » s’exclament les autres…
Sauf Aïremyllia qui se demande un instant si elle va faire part de sa découverte immédiatement ou si elle attend de voir si elle trouve des éclaircissements dans le journal intime dans la soirée (pensée : « attendons ce soir… »).
Rien d’autre d’intéressant ne semblant ce trouver sur place, le petit groupe s’apprête à quitter le bureau.
Iocli remarque soudain que des cendres se trouve dans la cheminée, « nous sommes en été, c’est curieux de faire du feu en cette saison » en y regardant de plus près, il semble que se soit une pile de vieux journaux qui aient été brûlées, les cendres semblent datés de plusieurs jours.
Sur quelques bouts éparts, on arrive à distinguer le nom du journal l’Anguille sous Roche.
Nos joyeux (façon de parler) compagnons se disperse dans l’orphelinat pour s’entretenir avec Hilge, Mathilde et Alfonzo.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMer 1 Juin 2005 - 3:20

Ilioc décide de tenter sa chance auprès de Alfonzo afin d’obtenir quelques informations complémentaires.
Il apprend la visite, il y a environ une semaine, d’un homme qui sait fait déposé par un fiacre devant l’entrée du manoir (bien habillé, environ 50 ans, maigre de visage le teint jaunâtre avec des cheveux gris tirés en arrière).
En insistant sur les visiteurs et amis rendant visite au maître de maison, de manière plus ou moins régulière, il apprend qu’un Elfe « vêtu comme un M’sieur de la Haute » et venu à deux ou trois reprises rendre visite à Raoul Prosper dans le courant de cette année (il était visiblement considérer comme un hôte de marque par Mathilde et Hilge).
Quant à son Nom, ben… Alfonzo ne s’en rappel pas, peut-être M. Rè…
(En discutant un peu plus tard avec ses camarades, le rapprochement est fait avec Alanik Ray, une sorte de Détective-Investigateur, un héros médiatique dont la presse de Port-à-Lucine raconte les exploits et enquêtes dans les manchettes du Diplomate et de l’Anguille sous roche).
Aïremyllia et Kira discutent avec Mathilde au sujet de l’état de santé de Raoul Prosper.
Celle ci ne cache pas son inquiétude, en effet le passé d’aventurier du Halfling, lui avait laissé comme séquelle une fièvre maligne attrapée lors de ses lointains voyages.
Des crises sporadiques le prenaient de temps à autre, mais jamais avec autant de virulence.
Après analyses, Mathilde a identifié l’origine comme étant paludique et attrapé dans les marais du Tepest, hors aucune des décoctions utilisées habituellement pour le soulager, ne semblent avoir de l’effet, bien au contraire…
Son état empire de jours en jours et pourrait bien à courts termes le plonger dans le coma, voir le tuer…
Pendant ce temps, Iocli, Kane et Kralïn vont s’entretenir avec Hilge qui surveille les enfants en salle d’étude.
Elle aussi se fait beaucoup de souci sur l’état de santé déclinante de Raoul Prosper et sur comment sauver l’orphelinat du double désastre qui s’annonce…
(Heureusement, ses anciens protéger sont là, ce qui lui permet d’espérer, nul doute que eux trouveront une solution…).
Et puis, autre chose à l’air de la travailler, elle semble surveiller la rue de temps à autre par les fenêtres de l’étage…
Interrogé sur ses inquiétudes, elle révèle qu’un mystérieux individu rôde autour de la maison depuis plusieurs semaines…
Il s’est même introduit dans le vestibule à deux reprises pour manigancer-on ne sait quoi, heureusement elle à surgit de la cuisine pour chasser l’intrus à coups de rouleau à pâtisserie !!
Le plus incroyable, c’est que les enfants eux-même ne semblent pas être effrayés par ce dangereux Matamore (il doit sûrement user d’un charme maléfique pour les amadouer…).
Hilge finit par donner une description du terrible trompe-la-mort :
« Jeune, blond et élancé, le visage fin avec la mâchoire de travers, il porte une armure de métal » et elle ajoute en marmonnant et comme à regret « plutôt beau garçon… ».
Iocli pensif, demande s’il portait un symbole distinctif sur la poitrine.
« Hum… une sorte d’épée avec une rose entrelacée », finit t’elle par ajouter.
Iocli finit par faire le rapprochement avec un jeune paladin de l’église d’Ezra qu’il a aperçu à plusieurs reprises dans le réfectoire de la Cathédrale des Larmes (un certain Sir Maurice Montalambert).
Pour tous, il s’agit visiblement d’un quiproquo à l’allure plutôt inoffensif, mais qu’il s’agit d’approfondir…
Hilge Confirme également la venu d’un homme à l’allure sinistre il y a environ une semaine, une sorte d’homme d’affaire dont la description recoupe celle donnée par Mathilde.
Il avait visiblement rendez-vous avec Raoul Prosper, et n’a pas donné son nom, ils sont restés enfermer dans son bureau pendant plus d’une heure.
Après son départ, le Halfling avait l’air profondément abattu, bien qu’il essayait de donner le change à la petite communauté.
En fin d’après-midi, notre petite troupe décide de discuter ensemble afin de faire le point sur la situation…
Aïremyllia s’isole un instant avec Mathilde pour vérifier une théorie…
La jeune femme finit par lui faire quelques confidences en rougissant quelque peu…
Elle avoue que depuis quelques semaines un mystérieux cavalier là suivi lorsqu’elle faisait le marché avec les enfants (le jeune homme ne semblait pas vraiment, ou n’osez pas, lui adresser la parole, et n’était guère discret dans ses agissements en renversant plusieurs fois des étales entier de fruits et légumes…).
Depuis ce jour, il s’est introduit à maintes reprises au rez de chaussée du manoir, pour déposer des fleurs fraîches et des poèmes sur la table de la salle de réception de l’orphelinat.
Hilge la surprise à deux reprises et, le prenant pour un voleur, et la chassé à coup de rouleau à pâtisserie…
Mathilde ne sait pas trop comment réagir (bien que visiblement les tentatives naïves du jeune Paladin ne semble pas la laisser indifférentes), elle se raccroche au faîte que la situation de Raoul Prosper et de l’orphelinat ne lui permette pas de s’occuper de sa propre situation sentimentale pour l’instant.
Aïremyllia parle de la situation de Mathilde à Iocli afin que celui ci se rapproche de Sir Maurice Montalambert pour qu’il se montre plus entreprenant vis à vis de Mathilde.
En fin de journée, nos héros prennent congé du personnel et des petits pensionnaires de l’orphelinat et empreinte la direction du centre ville.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMer 1 Juin 2005 - 3:28

Chemin faisant, nos aventuriers sont de retour dans le quartier du peuple, les jappements plaintifs d’un animal à l’agonie et les hurlements assourdissant d’un individu attire alors leur attention…
Le vacarme semble venir de la taverne du chien qui tourne (ce bouge notoire tire son nom d’un ingénieux système de roue dans lequel l’on fait tourner un animal 12 à 15 heures durant afin de griller proprement la viande au tourne-broche…).
Iocli et Iclio, nos deux frères, décident de jeter un œil à l’intérieur de l’établissement.
Le tenancier de l’établissement, une brute épaisse au tablier maculé de graisse et de vinasse, est en train de frapper à coups redoublés avec un grand nerf de bœuf sur un pauvre chien jaune aux trois quarts évanoui de fatigue et de douleur…
« Tu vas t’relever maudit bâtard !!!, j’vais t’faire danser sale corniaud !!! ».
Sans n’est trop pour nos deux amis, qui décide d’intervenir…
Iclio attrape le bras de l’aubergiste avant que celui ci ne s’abatte de nouveau sur le pauvre animal qui les fixes d’un œil atone…
L’homme se retourne brusquement et commence à hurler « lâche moi sal… » et se reprend avec difficulté (il vient de remarquer le visage peu avenant de Iocli le Caliban).
« Lâcher moi, j’suis chez moi ici ! et j’fais c’que j’veux !, m’a coûté les yeux de la tête ce sale bâtard et il est bon à rien, l’à qu’à crever ! ».
L’homme leur dit que s’ils veulent prendre le chien, il leur en coûtera… 2 Solaires…
Iclio prend le pauvre animal évanoui dans ces bras et s’apprête à quitter les lieux, mais le tavernier s’interpose, il veut ses 2 pièces d’or pour le chien ou il menace d’appeler les gendarmes…
Iocli ne se laisse pas démonter et vole au secours de son frère, il rétorque à la brute que si les forces de l’ordre interviennent, c’est lui que l’on va mettre dans la roue pour tourner…
Ne sachant quoi répondre à cette affirmation pleine de bon sens, l’aubergiste les laissent quitter son établissement en hurlant que jamais ils ne remettent les pieds chez lui ou ça ira mal…
A peine dans la rue, le chien semble reprendre ses esprits et pousse des jappements joyeux en léchant le visage de Iclio (le groupe se réuni en se demandant se qu’ils vont bien pouvoir faire du chien, mais Iclio décide de l’adopter, et le chien c’est découvert une super nouvelle bande de copain…).
La nuit commence à tombée, Aïremyllia décide de se rendre à la taverne de la Chansonnette afin de se produire sur scène et gagner quelques pièces.
Iclio laisse ses compagnons et décide de dîner puis de passer la nuit à la Cathédrale des Larmes (et discuter un peu avec Sir Maurice Montalambert par-là même occasion…).
Quant à Kira, Kralïn, Ilioc et Kane, ils partent bras-dessus, bras-dessous en direction du quartier de l’Anguille afin de vider quelques chopes, se restaurer et faire le point à l’auberge de la Truie Gourmande.
Après un petit quart-heure sur la scène enfumée et bruyante de la taverne de la Chansonnette,
Aïremyllia dont le répertoire dramatique et languissant n’arrive pas à couvrir le joyeux tumulte et les rires gras de l’assistance, quitte l’estrade la tête haute et le visage hautain « de toutes manières, ils ne me méritent pas… » (a vrai dire, personne ne se rend compte de son arrivée ni de son départ, tellement l’ambiance est survoltée et la salle noire de monde).
Elle hésite un instant à rejoindre ses camarades à la truie gourmande, mais à la seule pensée de l’établissement, elle préfère rentrer à l’appartement…
Iclio remarque tous de suite dans le grand réfectoire de la cathédrale, un jeune homme blond correspondant à la description donnée par Mathilde, il a l’air perdu dans ces pensées, la tête dans son écuelle…
Iclio s’approche de lui et se présente, le jeune Paladin sursaute à son tour et sourie franchement, il se nomme Maurice Montalambert, vient d’un Domaine situé plus au sud et n’est arriver à Port-à-Lucine que depuis un mois.
Montalambert propose à Iclio de dîner en sa compagnie…
Au milieu du frugal repas, Iclio amène le sujet sur une jeune personne qui brûle de le connaître mieux…
Montalambert a l’air interloqué car il ne connaît personne dans cette ville, mis à part les quelques théologiens et prêtres qu’il côtoie ici même à la cathédrale…
Au moment ou Iclio prononce le prénom de Mathilde, Montalambert fait un geste de la main en direction de son crâne pour se donner quelques contenances, et renverse maladroitement son écuelle de soupe brûlante sur ses cuisses…
Il pousse un hurlement retentissant, encore amplifier par la sonorité particulière de la pièce…
L’ensemble des prêtres sursaute violemment et se retourne, le prieur lui même interrompt sa lecture du livre d’Ezra…
Ralf (le chien pétomane, le nouveau et inséparable compagnon de notre Paladin), se précipite pour finir les restes du potage, augmentant encore le vacarme et la confusion…
Pendant quelques longues minutes, notre trio et le centre de toutes les attentions…
Le calme enfin revenu, Montalambert quelque peu surpris par les révélations inespérées à propos des sentiments présumer de Mathilde à son égard, demande à Iclio de le présenter à l’orphelinat…
Iclio accepte de l’accompagner le lendemain¨matin afin de pouvoir apaiser la situation auprès de Hilge.
Un peu plus tard, nos deux Paladins (et Ralf) rejoignent leurs quartiers pour la nuit au sein de la cathédrale des Larmes (Iclio décide de retrouver ses amis au petit matin à l’appartement, afin discuter de la situation).
En arrivant au deuxième étage de leur vieil immeuble, Aïremyllia trouve une note épinglée sur leur porte, il s’agit d’un arrêté d’expulsion qui leur donne 3 jours pour vider les lieux et les condamnent à verser 18 Solaires plus 10% d’intérêts pour les 3 mois de loyer de retard…
Haussant les épaules et désabusée, Aïremyllia s’allonge sur son lit et commence à parcourir le petit carnet noir trouver dans la bibliothèque de Raoul Prosper…
Le Halfling y parle des difficultés financières de l’orphelinat et des nombreuses dépenses dont il doit faire face chaque jours.
Dans les derniers paraphes, certaines informations plus précises retiennent son attention :
-Il y est fait mention d’une boutique appartenant à un préteur sur gages du nom de Karl Francz ou Raoul Prosper a vendu la plupart de ses objets personnels contre liquidités.
-et principalement un passage de texte concernant un individu du nom de Sergeï Ouvarov qui lui aurait consenti un prêt de 1500 solaires à 20% d’intérêts remboursable dans un mois (c’est à dire dans 2 jours !).
Après réflexions, Aïremyllia identifie rapidement cet individu comme étant le patron du syndicat de la Métallurgie et qu’il est directeur d’une fonderie dans le quartier des Docks…
Mais, beaucoup plus inquiétant encore, elle se rappelle certaines rumeurs qui courre à son sujet dans les bas-fonds de la ville (ah, le savoir Bardique…).
L’homme serait également associé au milieu de la pègre, ou on le surnommerait Midas, le Fondeur…(il serait connu pour racket organisé, trafic de fausse monnaie et prêteur sur gages, il aurait la réputation de se débarrasser de ses victimes en les précipitants dans du plomb en fusion…).
Mais tous cela n’a jamais était prouvé, et aucune poursuite n’a jamais eu lieu faute de témoins…
C’est sur ces bonnes nouvelles que Aïremyllia éteint sa lampe à huile et essaye de trouver le sommeil…
Moins d’une heure plus tard (environ vers minuit) Kane, Ilioc, Kralïn et Kira rentrent à leur tour à l’appartement après un délicieux repas fait de soupe de poix cassé, d’oignons et de navets bouillis…arroser de plusieurs pintes de bière.
Ils découvrent avec fatalisme l’avis prochain d’expulsion…
Aïremyllia ne dormant que d’un œil et réveillée par l’arrivé peu discrète de ses camarades les informes du contenu du journal intime de Raoul Prosper…
« Mouai ça nous fait maintenant un total de 10 800 Solaires si je sais toujours compter » dit Kralïn.
« Dit plutôt 10 818 Solaires (plus intérêts) avec nos propres dettes » répondent Ilioc et Kira.
Chacun discute encore quelques instants avant de ce mettrent au lit, les lanternes sont soufflées, et le silence s’installe dans le petit deux pièces perdu dans le quartier du peuple.
Tard dans la nuit, seul le ronflement sonore de Ralf dans la petite cellule monastique de son maître à la cathédrale des larmes, répond à celui de Ilioc et Kralïn dans les ténèbres de l’appartement…

Fin du Prologue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMer 1 Juin 2005 - 3:32

Chapitre 1e

A l’aube, Iocli (le paladin) passe à l’appartement voir son frère Ilioc (le caliban), il lui annonce qu’il doit partir séance tenante pour Châteaufaux sur ordre de la cathédrale Sainte Mère des Larmes, il lui remet Ralf (le chien pétomane).
A son réveil, après une toilette sommaire (c’est à dire mettre ses vêtements), Kralïn (le nain) n’a d’autre choix que de se rendre sur son lieu de travail (un entrepôt de fabrique de poudre situer rue de l’Arquebuse dans le quartier du peuple).
Kralïn n’a put obtenir son congé pour les deux prochains jours, il est donc d’humeur encore plus exécrable que d’habitude (si cela est possible) et quitte la chambre les yeux encore embués par le sommeil en maugréant une flopée d’injures incompréhensible…
Il manque de peu de croiser Piotr Koscuko (Druide / Demi-Vistani) et Lars les poches pleines (Roublard / Halfling), deux anciens pensionnaires de l’orphelinat venus prêter mains fortes à leurs camarades pour tenter de trouver la somme énorme avant la vente aux enchères de leur institution qui doit avoir lieu d’ici 5 jours.
Seulement voilà, ils n’ont pas un sou vaillant pour le moment et s’en trouvent réduit à demander l’hospitalité chez leurs amis (un logement bien précaire, avant l’expulsion prochaine de tous ce petit monde pour 3 mois d’arriérés de loyer).
En début de matinée, l’ensemble de nos héros se réuni afin de tenter de trouvé une solution à un problème qui paraît (seulement ?) insoluble.
Le plus urgent, la dette auprès de Sergeï Ouvarov (alias Midas le Fondeur) semble emporter les suffrages, le délai expire dans seulement 24h mais la réputation du personnage mérite une réflexion prudente (aller le voir pour négocier un délai ?, attendre qu’il ce manifeste ?).
Le sujet épineux est repoussé à cette après midi à l’unanimité (moins une voix, celle de Ralf : chic un nouveau copain !).
Après discussion, il est décidé que le « groupe » se sépare en trois binômes (breu… j’en n’ai encore froid dans le dos, rien qu’à y repenser).
Aïremyllia & Ilioc décident d’aller à l’orphelinat afin d’éplucher les factures dans le bureau de Raoul Prosper et de s’enquérir de son état de santé.
Kira & Piotr ont dans l’idée de trouver la résidence d’Alanik Ray, puis d’enquêter du côté du cabinet Zabowski & Associés.
Kane & Lars, de se rendrent à la banque Lindmann & Fils, afin d’essayer d’en apprendre un peu plus long sur une partie des prêts contractés.
Une fois sortie de leur domicile, nos héros décident d’acheter la gazette du Diplomate et de l’Anguille sous Roche à un jeune vendeur de journaux dans le quartier du centre.
Après quelques manchettes alléchantes sur les potins mondains, le chahutage du carrosse de lady Dusuis par de jeunes mendiants le bombardant de fruits pourris, le triomphe du ténor Jérôme Cencou dans la pièce « les ailes de l’amour », le cour du hareng qui s’effondre, les menaces de grève du syndicat des dockers, la nouvelle du corps d’un enfant repêché dans l’Alcante, et l’annonce du départ de Alanik Ray pour la Baie des Sables, la nouvelle de l’assassinat de Sergeï Ouvarov fait l’effet d’une bombe…
« Le patron du syndicat de la métallurgie aurait été lardé de coups de poignards par son garde du corps et son cochet, avant que ceux ci ne jette son cadavre le long des docks.
Les deux individus auraient été appréhendés par une patrouille de gendarmerie, à quelques kilomètres de Port-à-Lucine, assoupi dans le fiacre de leur ancien patron, ils prétendaient ne ce souvenir en rien de leur soirée de la veille.
Mit au secret, les deux assassins risquent la peine capitale.
Pour les autorités, il ne fait aucun doute que l’enquête doit s’orienter vers le milieu de la pègre
».
Voilà qui semble servir au mieux les intérêts de nos aventuriers en herbe et qui tire d’un trait de plume, une dette de l’orphelinat s’élevant à 1800 Solaires.
Comme quoi, le hasard fait quelques fois bien les choses…

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMer 1 Juin 2005 - 3:43

En arrivant à l’orphelinat « du doux séjour », Aïremyllia & Ilioc (& Ralf), trouvent l’ensemble des enfants réunis dans le hall au 1e étage, Mathilde est assise sur les marches la tête dans ses mains et regarde rêveuse Sir Maurice Montalambert qui répond aux questions nombreuses des enfants à son égard (Hilge l’observe en faisant la moue et soupçonneuse).
Montalambert raconte son « épopée » désastreuse avec son maître Sir Gontrand de Pouillac dont il était l’écuyer…
L’histoire prend rapidement une tournure particulièrement haletante et horrible…
A la fin de son monologue, les mioches se tiennent cois (tous sont ravie, mais les plus petits ne sont pas prêt de trouver le sommeil ce soir !).
Mathilde, conquise mais un peu gênée regarde Hilge rouge comme une cocotte minute prête à exploser à l’encontre du pauvre Montalambert …
Curieusement, elle prend sur elle et décide d’emmener les enfants en promenade sur la grève…
Montalambert s’éclipse en bredouillant qu’il va donner un coup de main à Alfonzo au jardin.
Aïremyllia & Ilioc demande à Mathilde des Nouvelles de la santé de Raoul Prosper.
Son état à l’air d’être toujours aussi préoccupant, ses phases de conscience sont de plus en plus rare, et la fièvre ne baisse pas.
Aïremyllia demande s’ils peuvent de nouveau consulter les dossiers du bureau au 2e étage, Mathilde répond qu’elle n’y voit pas d’inconvénient, et s’en retourne au chevet du malade.
Après avoir examiné les dossiers plus en détails, notre binôme se décide à demander la clef de la pièce adjacente à Mathilde.
Celle ci répond que le trousseau complet de l’orphelinat se trouve probablement dans la poche du veston du vieux halfling.
Après l’avoir récupérer, Aïremyllia & Ilioc ouvre la porte et pénètre dans ce qui semble être une bibliothèque.
Le centre de la pièce est occupé par un présentoir sur lequel se trouve un vieux livre ouvert, la jeune barde reconnaît des écrits profanes « probablement un livre de sort ».
Une table est accolée à un endroit de la bibliothèque, elle comprend un reposoir comprenant 6 fioles de couleurs diverses, ainsi que 3 étuis métalliques contenant des parchemins.
Aïremyllia exécute quelques passes et se concentre sur l’ensemble des potions (Détection de la Magie), elle arrive à déterminer les écoles de magie en fonction des auras dégagés.
Pendant ce temps, Ilioc fait le tour de la pièce et tâtonne les volumes et les murs en vains.
Quelques minutes plus tard, nos deux amis quittent les lieux et décident de retourner au centre ville (à l’auberge de la truie Gourmande) afin de faire le point avec leurs camarades.
Pour l’après midi, Ilioc (& Ralf) a (ont ?) dans l’idée de faire des recherches aux archives des journaux l’Anguille sous roche et le Diplomate.
Pendant ce temps, Kira & Piotr arrivent au siège du cabinet d’usurier Zabowski & Associés.
Celui ci se trouve dans le quartier du centre, sur l’une des grande avenue embouteillée du cœur de la ville (il occupe le rez de chaussée et 1e étage d’un immeuble assez sévère, le 2e étant occupé par un cabinet d’avocat).
En pénétrant dans le hall, Kira & Piotr se dirigent vers l’accueil ou un jeune secrétaire s’occupe de la réception des clients.
Kira est enjôleuse, et demande à parler à un responsable, concernant le dossier de l’orphelinat du promontoire et de Raoul Prosper.
Le fonctionnaire s’excuse quelques instants et se dirige vers le 1e étage.
Kira en profite pour chiper un papier sur l’une des piles de dossier du bureau (sous l’œil hermétique de Piotr).
(hum… ne nous plaignons pas, elle aurait tous aussi bien put embarquer le jeune scribouillard).
Une fois de retour à son poste, le réceptionniste annonce que Monsieur Pietr Zabowski est très occupé et ne peut donc les recevoir, cependant Monsieur Anton Rejvik (1e associé) les attends dans son bureau.
Kira & Piotr sont conduit au 1e étage jusqu’au bureau de M. Rejvik.
L’endroit est cossu, mais meublé de manière strict, un tableau représentant un vieillard à la mine sévère trône sur le mur en vis à vis du bureau.
Une petite plaque de bronze au bas de la toile indique, « Philéas Zabowski ».
Anton Rejvik se soulève péniblement de son fauteuil, à l’arrivé de notre duo.
Il s’agit d’un homme chauve et ventripotent, le regard porcin il inflige un léger sourire à Kira & Piotr tous en leur désignant un siège.
La conversation s’engage rapidement sur le sujet de l’emprunt contracté par Raoul Prosper.
Rejvik sue à grosse goutte en ce tapotant le front de son mouchoir, ce plaignant de la chaleur étouffante de la pièce.
Il explique d’un ton posé que s’ils sont venu, c’est probablement « au sujet du rachat par le Cabinet Zaboxski & associés de la partie du crédit établi auprès de la Banque Lindmann & Fils par M. Prosper ».
Il en explique la raison par le fait que le Cabinet d’usuriers qu’il représente a était mandaté par un membre éminent de leur clientèle soucieux de garder l’anonymat pour le moment.
« Cette personne est intéressée par le fait de faire une proposition financière avantageuse pour M. Prosper, ceux afin d’éviter une vente aux enchères de son institution à des fins d’acquisition par un particulier qui n’en ferait qu’une résidence privée ».
« Ce gentleman serait prêt à faire une offre de rachat qui garantirait à l’endroit de garder sa vocation première ».
« Le regroupement de la dette permet ainsi de mettre un terme aux calculs des spéculateurs dans l’hypothèse ou M. Prosper accepterait cette proposition afin d’éviter la vente aux enchères de la semaine prochaine ».
Kira ne ce laisse pas démontée pour autant, et essaye de lui tirer les vers du nez concernant ces projets exacts et sur l’identité de cette personne.
Rejvik à l’air un peu embêté (ou nerveux ?), il semble fixer quelquefois le fond de la pièce avec un peu d’inquiétude…
Rejvik tente de la rassurer, et lui explique que l’ensemble de ces informations seront bientôt connues dans la presse, mais qu’une certaine discrétion est nécessaire afin de donner un choix plus honorable à M. Prosper dans les difficultés financières qu’il traverse.
« De cette manière, la vente de l’orphelinat lui sera moins douloureuse quand il connaîtra plus en détails le projet ambitieux concernant cet endroit, il n’en sera que plus soulagé ».
Piotr , dont le regard vague dans la pièce pendant la discussion, reste en arrêt un instant sur le tableau accroché au mur « bon sang, pendant un instant j’aurai juré que les yeux du vieillard me fixés… ».
Il se lève pour se dégourdir les jambes et flane tranquillement dans la pièce (Anton Rejvik, tous en discutant avec Kira, lui jette des coups d’œil inquiets).
Piotr s’approche de la toile, mais tous à l’air normal « hum… j’ai pourtant pas rêvé ».
Il fait une passe légère avec les mains en prenant soins d’être de dos par rapport à Rejvik (Détection de la Magie), rien n’émane du tableau…
Anton Rejvik se fait plus impénétrable tous en discutant avec Kira.
Des bruits de pas se font entendre dans le couloir, puis on frappe à la porte.
« Entrer », il s’agit d’un secrétaire qui annonce à M. Rejvik que son rendez vous est arrivé.
« Et bien, je vous prie de bien vouloir m’excuser, mais j’ai un emploi du temps chargé comme vous vous en doutez… ».
Parvenu à la porte du bureau, Piotr quitte les lieux, au dernier moment Kira se retourne et effectue une passe rapide en direction de Rejvik (Charme-Personne).
Un instant interloqué, Rejvik semble se ressaisir, l’air froid il parle au secrétaire et lui demande de les raccompagner d’un ton sec.
Songeurs, Kira & Piotr quittent l’établissement jusqu’à la rue encombrée par la foule et les fiacres.

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyJeu 2 Juin 2005 - 13:32

De leur côté, Kane & Lars se rendent à la banque Lindmann & Fils afin d’essayer d’obtenir des informations complémentaires sur le prêt contracté par Raoul Prosper.
L’établissement occupe un immeuble cossu situé non loin du cabinet d’usurier Zabowski & Associés (dans le quartier administratif de la ville).
Le hall de la banque est immense et intégralement revêtu de marbre.
Kane & Lars se dirige vers l’accueil et s’entretiennent avec l’un des employés de la réception.
D’abord sur la réserve face à leur demande, le fonctionnaire finit par consulter le fichier de la clientèle.
Après quelques instants, il leur annonce que M. Prosper n’a plus de crédit contracté dans l’établissement, celui ci a était négocié et racheté par M. Pietr Zabowski lui-même, il y a une semaine.
La banque, conformément à la législation en vigueur en Démentlieu, a accepté le rachat du crédit par un organisme mandaté, peu sur qu’elle était de récupérer l’ensemble de son prêt même par la vente aux enchères du bien gagé.
Kane & Lars quittent les lieux et patiente quelques temps devant le cabinet d’usurier avant de voir enfin sortir Kira & Piotr.
Nos quatre compères traversent la ville pour rejoindre Aïremyllia & Ilioc à l’auberge de la truie Gourmande.
Après un repas frugal et des discussions sur les avancés de l’enquête, il est décidé de poursuivre différentes pistes au cours de l’après midi.
Aïremyllia & Ilioc décident de se rendre au siège du journal « l’Anguille sous Roche », afin de consulter les archives.
Kane & Piotr partent en direction du journal « le Diplomate » pour des raisons similaires.
Kira & Lars ont dans l’idée de se renseigner au palais d’état afin de connaître le domicile de Alanik Ray.
Après une discussion rapide avec l’un des employés du journal, Aïremyllia & Ilioc sont orientés vers le sous-sol de l’imprimerie afin d’y consulter librement les anciens numéros.
Ils mettent la mains sur plusieurs articles concernant Alanik Ray (traque d’un tueur en série taxidermiste et empailleur d’être humain, démantèlement d’un trafic de jeune esclave via la Falkovnie voisine, mise hors d’état de nuire d’un gang de naufrageur, investigation dans le quartier du port concernant les noyades inexpliquées de plusieurs marins, etc…)
Ilioc s’entretien ensuite avec le responsable du journal et lui annonce qu’il a des informations
a lui communiqué au sujet des difficultés financières de l’orphelinat.
Il propose la rédaction d’un article dans le but de trouver des mécènes et donateurs.
En échange, Ilioc demande au rédacteur de faire son enquête pour trouver l’identité de l’acquéreur (le journaliste accepte).
Au siège du « Diplomate », Kane & Piotr découvrent dans les archives du journal, des manchettes relatives à la personne de Sergeï Ouvarov (des comptes rendus de procès toujours en cours, concernant des vices de fabrications sur certaines pièces métalliques livrer aux chantiers navals, l’organisation de nombreuses grèves du syndicat de la métallurgie à des fins de pression sur le ministère de l’économie en vue d’obtenir certains marchés financiers).
Pendant ce temps, Kira & Lars obtiennent avec facilité l’adresse de Alanik Ray et décide de s’y rendre de ce pas.
Il s’agit d’une bâtisse située dans le quartier du centre, deux plaques en bronze sur le fronton indiquent :
Alanik Ray « Détective - Enquêteur »
Docteur Arthur Sedgewick « Médecin diplômé de l’université de Démentlieu »
Kira actionne la petite sonnette prêt de la porte d’entrée, après un temps assez long des pas se fond entendre lentement dans l’escalier.
Une dame d’un certain age, les cheveux gris coiffés en chignon, le visage rigide et impénétrable, apparaît dans le chambranle de la porte.
Elle jette un long regard sur Kira & Lars avant de s’enquérir du motif de leur visite.
Kira se compose un visage angélique et plein d’assurance et demande si Alanik Ray ou le Docteur Sedgewick sont présent à leur domicile.
Imperturbable, Mme Pinkerton annonce d’un ton monocorde que « ces messieurs sont absent pour la semaine, parti qu’ils sont pour la Baie des Sables ».
Kira ne s’en laisse pas conter pour autant, elle annonce qu’elle est actuellement en relation avec le détective et que celui-ci là chargé de récupérer des papiers importants dans son bureau.
Mme Pinkerton reste imperturbable et annonce à Kira & Lars qu’ils devront patienter et attendre que M. Ray soit de retour.
Elle peut cependant prendre un message en attendant.
Kira tente de persuader le cerbère, mais rien n’y fait, cette fois, elle est tombée sur plus têtu qu’elle…
En repartant, Kira & Lars se mettent d’accord pour revenir le soir même, afin de tenter de pénétrer par effraction.
En fin d’après midi, nos trois binômes sont de retour à l’appartement.
Kane & Piotr décident de rester à l’appartement pour la soirée.
Ilioc par demander à son patron, le fait de pouvoir travailler quelques heures ce soir (il a un Clibanion à achever pour un client).
Kira & Lars décident d’aller faire un tour du côté du domicile d’Alanik Ray.
Aïremyllia part en direction du quartier des Arts, afin de trouver un public réceptif à son talent.
Après avoir croisé une imposante patrouille de gendarme, Kira se met à faire discrètement le guet au coin de la rue, pendant ce temps, Lars s’active sur la petite serrure du domicile de Alanik Ray.
Rien n’y fait, malgré un « travail au corps » quasi parfait, la serrure refuse de céder (dubitatif, Lars examine plus en détail celle ci et suppute qu’il s’agit très probablement d’un mécanisme d’une complexité extrême, de plus il observe que la porte est vraisemblablement blindée).
Kira prend le chemin des écoliers pour retourner à l’appartement.
Lars finit la soirée en dépouillant un ivrogne à la sortie d’un bouge, dans le quartier de l’Anguille.
Après avoir flânée un moment dans le quartier des Arts, Aïremyllia décide de se produire au Puits d’Orchestre (un petit amphi en forme de pyramide inversée), la vue y est imprenable et donne sur la baie environnante.
Après avoir patienter une demi-heure en attendant que l’artiste précédent finisse sa prestation, Aïremyllia entre en scène…
Le public est assez nombreux, il s’agit de mélomanes appartenant aux classes moyennes ou aisées.
Le regard d’Aïremyllia est attiré par un individu dénotant un peu dans son public d’un soir.
Il s’agit d’un nain entre deux âges, chauve, un bandeau sur l’œil gauche, d’épaisses bacchantes lui barrant le bas du visage.
Celui ci est vêtue d’une armure de cuir noire, d’un imposant manteau marron avec le capuchon rabattu sur les épaules.
Il là regarde longuement mais sans animosité…
Aïremyllia commence son récital (intérieurement elle brûle d’envie de venger l’affront qu’elle s’est infligé elle-même la veille au soir).
Intimidé par l’endroit, le public nombreux et attentif, elle arrive cependant à produire une prestation musicale agréable (aux accents languissants et torturés).
Les choses se gâtent au moment ou elle se décide à chanter…
Les mots s’étranglent dans sa gorge et rien n’en sort !!!
Livide de rage et d’un fatalisme certain, elle en est réduite à une simple expression musicale.
A la fin de sa prestation, les applaudissements sont peu nombreux et mesurés…
Elle remarque un léger sourire (ou rictus ?) sur le visage du nain borgne.
Aïremyllia ose à peine regarder l’obole jeter dans son escarcelle…. 2 Brillants.
« plutôt mourir que de les ramasser »
Au moment ou elle ce fait cette remarque pleine de bon sens, 1 Solaires y atterri…
La rage au ventre, elle se décide à rafler l’ensemble.
En relevant la tête, elle remarque que le nain « mélomane » en est l’auteur.
Elle s’apprête à quitter rapidement les lieux, au moment ou celui ci l’accoste.
Il ce présente sous le nom de Ragnaar Wolfgroove et lui indique qu’il souhaiterait lui parlé.
Aïremyllia, sur la défensif, fait sa tête de mule.
Ragnaar lui demande si elle est bien l’une des anciennes pensionnaires de l’orphelinat « du doux séjour ».
Elle acquiesce plus ou moins, et lui demande dans venir aux faits.
Ragnaar explique qu’il a un travail facile, rapide et bien rémunéré à proposer à elle et ses amis.
Aïremyllia se met sur la défensive et lui demande pourquoi il veut s’adresser à eux pour ce travail.
Ragnaar explique à mots couvert qu’il travail pour un commanditaire qui désire resté anonyme.
Par ailleurs, la guilde qui l’emploi veut utiliser des intervenants extérieurs au « milieu » pour effectuer ce travail.
Et comme certaines rumeurs laissent à penser que l’orphelinat serait en pleine faillite, ils sont donc les intervenants idéals.
Ragnaar lui propose de discuter plus tranquillement à la table d’une auberge voisine.
Aïremyllia hésite quelques instants, puis remarque que l’établissement en question (La note et l’archet) paraît de bonne tenu, elle finit par ce décider.
Une fois attablé devant deux verres de vins fins, Ragnaar explique les termes du contrat.
« Il s’agit de récupérer certains documents dans le bureau (ou coffre-fort) d’un notable respecté, un certain Sir Andrew Parker ».
« Celui ci habite un hôtel particulier dans le quartier du centre ».
« Demain soir, celui ci doit ce rendre à une fête de charité suivit d’un bal, organisé par Charles Lagrange (Lord du commerce & de l’industrie au conseil de Brillance) ».
« Il ne rentrera qu’à l’aube, de plus nous nous sommes arrangés pour que l’ensemble des domestiques soient en congé ce soir là ».
« La maison devrait donc être vidée de ces occupants ».
« En échange de l’ensemble des documents contenus dans son coffre, vous recevrez une somme globale de 1000 Solaires ».
« Si cette affaire vous intéresse, je suis disposé à vous versez un acompte de 100 Solaires dés maintenant ».
« Dans le cas contraire, il serait préférable pour vous comme pour moi que vous oubliez notre petite conversation de ce soir ».
Aïremyllia réfléchit un instant, « tous cela est plus que louche et inquiétant, mais 1000 Solaires !!!, une goutte d’eau pour régler les dettes de l’orphelinat et pourtant la somme est déjà énorme».
Elle finit par accepter.
Ragnaar lui donne rendez-vous, même heure même endroit, dans deux jours…
Il règle les consommations et quitte les lieux.
Aïremyllia est de retour à l’appartement avant minuit.
Elle exhibe fièrement le petit sac rempli de solaires.
Ilioc ébahi lui demande s’il s’agit de la recette de sa soirée.
Une légère rougeur lui monte au visage, puis elle explique sa rencontre avec le nain et le marché ayant été conclu entre eux…
Kira, Lars et Kane sont ravie (Chic enfin de l’action et… des trucs pas trop catholique).
Piotr se montre plus mesuré « A t’on vraiment le choix… ».
Ilioc se montre un peu hostile au projet « c’est quand même pas très moral »
S’ensuit une petite guéguerre :
« La fin justifie les moyens »
« Oui, ça commence comme ça et après on passe au rapt, enlèvement et au meurtre, pourquoi pas ! ».
« Il faut bien sauver l’orphelinat ! ».
« Oui, mais il y a peut être d’autres moyens… ».
« A oui, et lesquelles ? ».
Après une demi-heure de palabre, il est décidé que l’on passerait à l’action le lendemain soir.
Les lampes et bougies sont soufflées, peu à peu la nuit étend lentement son voile…

Fin du Chapitre 1e .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyJeu 2 Juin 2005 - 23:48

Chapitre 2e

Nos jeunes amis (en particulier les lanceurs de sorts) profitent de la nuit pour mémoriser des incantations en rapport avec l’escapade nocturne prévu dans la soirée.
La plupart d’entre eux font la grasse matinée (Kira, Lars, Kane et Piotr).
En début d’après midi, Ilioc (& Ralf), se rendent au siège des journaux « le Diplomate » et « l’Anguille sous roche », afin de s’entretenir avec leurs rédacteurs.
Ilioc négocie (avec le second titre de presse) l’exclusivité des informations concernant l’orphelinat et ses difficultés financières, dans l’espoir de récolter des fonds permettant sa sauvegarde.
En échange, il demande à l’imprimeur de « l’Anguille sous roche » de faire le nécessaire pour connaître l’identité du notable intéressé par son rachat.
Kira se rend dans le quartier marchand et s’installe à côté d’une étale de pâtisserie, elle y improvise un numéro de danse très réussi.
Elle y gagne quelques Lunaires, et attire par la même de la clientèle au commerçant qui finit par lui offrir une mignardise qu’elle peut choisir elle-même…
Dans la journée, Aïremyllia décide de faire une reconnaissance du domicile de Sir Andrew Parker (situé dans le quartier du centre).
La demeure est située le long d’une large avenue, à quelques centaines de mètres de « l’Alcante » (un affluent de la « Musarde » qui traverse la ville).
Il s’agit d’un imposant hôtel particulier (cave, rez-de-chaussée, Mezzanine, 2 étages, combles), le bâtiment semble composé de 20 à 25 pièces.
Aïremyllia remarque que la rue est pourvue d’un excellent éclairage de nuit (lampadaires à gaz), de plus un poste de gendarmerie se trouve distant d’environ 100 mètres à vol d’oiseau.
En faisant le tour de la maison, elle remarque qu’à part là double porte d’entrée principale, il y a une petite entrée de service pour le personnel, située sur le côté gauche de l’immeuble.
En début de soirée, Aïremyllia, Ilioc, Kane, Kira, Lars et Piotr, préparent les équipements pour leur sortie nocturne.
Un plan est établi pour la réalisation du « casse » de cette nuit…
Au alentour de 22h30, notre équipe de « monte en l’air » (bientôt, très bientôt, hé hé hé…) quitte le quartier du peuple pour celui du centre.
Peu avant 23h, chacun peut apercevoir l’imposante façade de la demeure de Sir Andrew Parker (la rue à l’air déserte).
Piotr utilise un sort de camouflage (Caméléon) et se place en face de l’entrée principale pour faire le guet.
Kane fait effectuer un vol d’observation à son Familier (Chauve-souris).
La créature lui rapporte : « très peu de mouvement dans les rues alentours, le poste de gendarmerie est occupé mais calme, la large baie vitrée au niveau de la mezzanine de l’hôtel particulier se révèle être une serre exotique, plusieurs résidences situées le long de l’Alcante sont en travaux ».
Kane part se placer dans un coin d’ombre, le long du mur de l’entrée de service.
Ilioc part s’installer (avec Ralf qui mâche consciencieusement un bout de couenne) à mi-chemin entre le poste du guet et la résidence de Sir Parker.
Il a une vue sur les deux entrées situées à environ 100 m de distance chacune de son poste d’observation.
Ilioc simule un ivrogne assoupie qui « cuve » le long du mur…
Ralf simule un chien qui mâchouille son bout de couenne…
Lars s’approche lentement de la porte de service et vérifie si celle ci est fermée (c’est bien le cas), il s’accroupit et déballe rapidement sa trousse de crochetage…
Après quelques instants, un léger déclic se fait entendre…
Lars range ses outils et ouvre précautionneusement la porte.
Aïremyllia & Kira rentrent derrière lui.
L’obscurité est totale, et une odeur agréable de denrée flotte dans l’air.
Aïremyllia allume sa lanterne, des petits bruits se font entendre dans la pièce…
Visiblement il s’agit d’un garde manger convenablement garni.
La pièce est encombrée de nombreux sacs de denrées, un nombre incalculable de pièce de charcuterie pendent du plafond.
Kira & Aïremyllia échangent un rapide regard et… garnissent leurs sacs de provisions.
Le mur du fond est occupé par des étagères grillagées (elles contiennent des faisans, paons et autres gibiers vivant).
Il y a même un vivier avec de nombreux poissons d’eau douce (truite, saumon, etc.).
Lars a déjà l’oreille collée à la porte voisine (aucun bruit ne lui parvient).
Kira fait quelques passes rapides et un léger halo bleuté l’entoure un instant (Armure de Mage), elle sort son arbalète légère et enclenche un carreau.
Aïremyllia s’approche en relevant la lanterne au moment ou Lars ouvre la porte…

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyLun 6 Juin 2005 - 2:16

A la lueur de la lanterne qui éclaire la pièce, notre trio s’aperçoit qu’ils viennent de pénétrer dans une cuisine, la maison semble plongée dans le silence le plus total…
Lars ouvre précautionneusement l’unique porte qui débouche sur un salon richement meublé (vaste cheminée entourée de confortables fauteuils en cuir, des tableaux représentants des enfants dans des situations de la vie quotidienne ornent les murs).
Une large porte vitrée à double battant donne sur un vaste hall d’entrée (6m de hauteur de plafond).
Lars, Aïremyllia et Kira contemplent un instant l’endroit…
Un superbe lustre en cristal pend au plafond, un grand escalier conduit à la mezzanine jusqu’à une serre de végétaux exotiques.
Au niveau de ce palier intermédiaire qui surplombe le hall d’entrée, un second escalier conduit visiblement au 1e étage de la maison.
Hormis un buffet et une luxueuse commode en marqueterie, une belle horloge occupe le mur du fond.
Sous l’escalier, ce trouve une porte menant vraisemblablement vers le sous-sol.
« Direction l’étage, ont ne traîne pas, il faut qu’ont trouvent le bureau de Sir Parker » dit Aïremyllia d’un ton décidé.
Lars gravit rapidement l’escalier, les deux jeunes femmes lui emboîtent le pas…
En arrivant sur la sixième marche avant d’atteindre le palier supérieur, celle-ci s’affaisse sous le poids du halfling…
L’ensemble des marches s’escamote et l’escalier se transforme en une rampe à très forte inclinaison (le bois est fort convenablement ciré et donc très glissant).
Le tapis situé au niveau du palier s’est affaissé pour laisser apparaître un large trou obscur…
Dans sa chute, Lars arrive à se raccrocher à la rampe d’escalier.
Aïremyllia et Kira sont moins prompt à réagir et dévalent le long de la pente (en lâchant arbalète et lampe à huile), elles disparaissent sous le parquet du rez-de-chaussée…
Nos deux héroïnes continues leur descente infernale au travers d’un étroit boyau métallique proprement huilé et finissent leur chute en atterrissant sur un sol en terre battue.
Kira se contusionne légèrement à l’épaule, l’obscurité est presque totale…
Le sol à l’air jonché de petits ossements d’animaux, il règne une odeur pestilentielle.
A peine remise de leurs émotions, nos deux cascadeuses en herbe devinent une présence, quelque part dans la pénombre…
Pendant ce temps, Lars à réussi à se hisser jusqu’au palier du vestibule en s’aidant de la rampe d’escalier.
Le halfling recherche un éventuel loquet afin de remettre l’escalier en position, mais ses recherches s’avèrent infructueuses.
Lars décide de redescendre le long de la balustrade afin d’atterrir jusqu’au palier, d’ouvrir la porte sous l’escalier menant à la cave, et de partir au secours de ses deux camarades…
Les deux jeunes femmes se relèvent lentement, Kira tâtonne au sol afin de retrouver son arbalète dans l’obscurité, Aïremyllia fait une passe rapide de la main (Lumière).
Deux silhouettes massives tapies dans l’angle, se relèvent lentement et poussent de longs grondements allant crescendo…
Il s’agit de gros mastiff au poil hirsute et grisâtre, les yeux des molosses ne donnent pas l’impression d’avoir vu jamais la lumière du soleil.
Les deux jeunes femmes n’en mènes pas large, elles échangent un rapide regard et… jettent l’ensemble de la charcuterie dérobées dans la réserve (et contenus dans les sacs à dos) en direction des chiens.
D’abord légèrement surpris, les molosses se jettent sur la nourriture et la dévore littéralement.
Piotr (faisant le guet devant la maison), aperçoit une lueur provenant d’un soupirail sur le côté, il s’approche et comprend rapidement la situation, il coure en direction de la porte de côté afin de venir en aide aux deux dompteuses amateurs.
Ilioc & Ralf (en poste à l’extérieur) voient la silhouette du druide courir en direction de l’entrée de service.
Il se dirige également à grand pas vers l’hôtel, devinant que quelque chose ne tourne pas rond.
Kane (placer au niveau de l’entrée de service) reste faire le guet pendant que Piotr, puis Ilioc rentrent dans la maison.
Lars commence à crocheter la porte de la cave au moment ou le druide pénètre dans le hall.
Kira et Aïremyllia ont épuisé leurs provisions depuis un moment et les Mastiffs commencent à se préparer à bondir pour les mettre en morceaux…
Les deux jeunes femmes se sont vite aperçues qu’elles n’avaient aucune chance de défoncer la lourde porte en métal (sans serrure), seule sortie pour quitter ces lieux par leurs propres moyens…
Kira à reprit son arbalète et vise tranquillement (façon de parler) l’un des chiens.
Aïremyllia cherche à gagner du temps et entame une lente litanie pour les amadouer (Fascination).
L’un des deux mastiffs stop son élan et incline la tête sur le côté, le second n’a pas l’air d’être très réceptif à la musique (pff…encore « un » qui ne la mérite pas, hé hé hé).
Kira décoche son carreau… qui passe quelque centimètre au-dessus de l’animal et s’écrase contre le mur du fond.
« Oh non… » (et si).
Le molosse s’élance sur Kira, mais sa mâchoire se referme dans le vide dans un claquement sec.
Lars et Piotr descendent l’escalier du sous-sol au pas de charge (en manquant de tomber dans la pénombre).
Lars repère une lourde porte métallique fermée par un gros loquet, il le tire rapidement et Piotr l’aide à ouvrir la porte (une forte odeur de fauve et de renfermé leur saute au nez).
(Ilioc commence également à dévaler le haut des marches).
A l’intérieur de la pièce, pour les filles, s’est la ruée vers la sortie…
Le premier molosse a reprit ses esprits et se prépare à bondir, le second s’est jeté sur kira en faisant volte-face, mais une fois encore il rate son attaque.
Aïremyllia et kira franchisent la porte à toute vitesse sans demander leur reste.
Lars et Piotr referment la porte au moment ou l’un des mastiff s’écrase contre celle-ci.
Ilioc a rejoint le quatuor et s’enquiert de la situation (rapide explication).
(Ralf qui à senti des "copains" de l'autre côté de cette porte fait son fou-fou).
Une visite sommaire de la cave est entreprise.
Elle comprend de vieux meubles recouvert de draps, une seconde porte occupe le fond de la pièce ainsi qu’un large établi équipé d’outils de toutes sortes.
Piotr décide de retourner à son poste d’observation devant la maison (et d’informer Kane).
Ilioc préfère poursuivre l’exploration des lieux en compagnie de Lars, Kira et Aïremyllia.
De retour au rez-de-chaussée, Lars recherche un éventuel loquet permettant « d’enclencher » l’escalier dans sa position initiale.
Il finit par trouver un minuscule levier (3 positions) derrière le pilier de l’escalier du bas.
En le montant en position haute, l’escalier (et le tapis) reprend sa forme originelle dans un bruit sourd.
Le Halfling prend la tête du groupe et inspecte dorénavant chaque éléments suspects (escaliers, portes, etc.).
Lars, Ilioc, Aïremyllia et Kira préfèrent ne pas s’attarder jusqu’à la serre exotique au niveau de la mezzanine et emprunte l’escalier jusqu’au 1e étage (dommage, hé hé hé…).

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMar 7 Juin 2005 - 2:16

La fouille sommaire du 1e étage ne révèle rien de particulièrement intéressant (fumoir, boudoir et salle à manger).
Lars, Ilioc, Kira et Aïremyllia se dirigent ensuite vers l’étage supérieur…
Au 2e étage, Lars découvre quelques objets de valeurs après avoir fouillé l’une des chambres (Solaires & Lunaires en quantité respectable ainsi qu’une trousse contenant des outils de voleurs de maître).
La seconde pièce semble être une chambre d’ami (visiblement inoccupée à l’heure actuelle).
L’autre côté du couloir donne sur une chambre luxueuse (probablement celle de Sir Parker).
La penderie contient une impressionnante collection de costumes trois-pièces, gilets, hauts-de-forme, souliers vernis, etc.…
Dans le tiroir de la commode, Lars met la main sur plusieurs paires de boutons de manchettes & épingles à cravate en or (seul les monocles échappent à la rafle).
Une porte occupe le fond de la pièce (le halfling ne parvenant pas à crocheter la serrure, Ilioc se décide à défoncer le chambranle à coups d’épée).
Nos quatre amis pénètrent alors dans une pièce qui a tout l’air d’un bureau.
Le mur du fond contient un ensemble d’étagère comprenant de volumineux dossiers de comptabilité.
Un grand secrétaire en bois précieux et un confortable fauteuil se trouve face à la porte (il comprend un sous main en cuir, un coupe papier en or, une loupe, un encrier avec des plumes et une petite lampe de travail).
Deux lourd fauteuil en cuir se trouve en vis à vis du bureau.
Un meuble de rangement finement ouvragé se trouve à l’un des angles de la pièce (au fond à droite).
Il est surmonté d’un pantin de bois peint, avec des fils reliés à une assise permettant de simuler le mouvement.
La marionnette est vêtue d’un costume de clown grotesque représentant des losanges vert et orange, elle porte des souliers à pointe recourbés ainsi qu’un chapeau multi-cornes muni de clochettes à ses extrémités.
Une petite caisse en bois vermoulu (remplie de paille) se trouve au pied du buffet.
Kira part inspecter les dossiers et documents sur les étagères.
Lars fouille les tiroirs du bureau.
Ilioc s’approche du pantin avec méfiance.
Aïremyllia se concentre et effectue quelques passes avec les mains (détection de la Magie).
« Hum… une aura magique émane du pantin».
Ilioc : « je l’explose à coup d’épée ».
Au moment ou Ilioc dégaine son arme, une petite voix s’exprime de derrière son dos.
« Je suuuuuiiiiiiis lààààààà…… ».
Ilioc tourne la tête un instant et….s’aperçois qu’il n’y a rien derrière lui, il fait volte face ….la marionnette n’est plus à sa place !
En baissant la tête, le caliban aperçoit la silhouette du petit clown de bois qui lui décoche un mauvais sourire et qui lui jette une petite aiguille de métal relié à un minuscule filament.
L’aiguille se plante dans le bras d’Ilioc
Pendant quelques secondes, celui ci à l’impression que son membre est totalement inerte, puis les fourmillements cessent et il retrouve l’usage de son bras.
Le clown pousse un petit cri de dépit et se réfugie sous le bureau.
« Non, non, ne me faîte pas de mal, je suis un gentil ! ».
Ilioc renverse le bureau et le clown apparaît le derrière en l’air.
« Non, non, je vous dirai tous !, ne me faite pas de mal, je connais les secrets du maître ! ».
Ilioc soulève son épée et hésite un instant pendant qu’Aïremyllia s’adresse au pantin.
« Qu’a-tu à nous dires petit clown, parle… ».
Le clown se compose un visage apeuré :
« Oui, oui, je coûte très chère, ne me détruisez pas ! ».
Dans un mouvement très rapide, le pantin jette une aiguille en direction d’Ilioc et…le rate…
« Oh non, non, ne faite pas ça ! ».
Ilioc écrase son épée sur le pantin qui éclate en morceau dans toute la pièce.
« Saloprie… ».
Après cette aparté, chacun retourne à ces activités premières.
Kira découvre différents documents dans l’ensemble des dossiers classés.
Plusieurs documents bancaires concernant Sir Andrew Parker (à l’entête de la Banque Lindmann & Fils) et indiquant un solde créditeur de 37 500 Solaires.
Un acte de propriété situé dans le quartier de l‘anguille ainsi que les documents d’enregistrement auprès de l’administration concernant la création d’une association d’entre aide au plus démunis, intitulé « Ordre de la fraternité Nouvelle » (en date d’un an environ).
Pendant ce temps, Lars à découvert que le meuble de rangement dissimulé un gros coffre-fort.
(l’examen minutieux de celui-ci démontre qu’il s’agit d’un modèle ultra moderne, la serrure est hydraulique).
De plus, il a le sentiment que le mécanisme est équipé d’un système qui se déclenche aux vibrations…
Kira s’intéresse de plus près à la petite caisse en bois remplie de paille (vraisemblablement le paquet ayant contenu le pantin).
Elle essaye de déchiffrer l’étiquette de livraison (en grande partie effacer par l’humidité).
« Adres--- à Mons---- le D------ Hel--- -----nste-- ---ée d-- In-----on »
« A Port-à-Lucine »
Lars essaye de crocheter délicatement la serrure du coffre…
A peine effleurée, un léger sifflement strident se fait entendre et Lars tombe sur ses fesses.
Le halfling réalise qu’il a une aiguille plantée dans le thorax, une légère sueur froide perle à son front (suivi d’un léger étourdissement passager suivi de nausée).
Lars se sent diminué mais son organisme à l’air de combattre efficacement le poison…
Le halfling fait comprendre à ses camarades que ce coffre ne peut être forcé en finesse (mécanisme trop complexe).
«On peut peut-être le déplacer… » (hum… non, 800 kg).
Ilioc réfléchi et se souvient avoir aperçu des outils sur l’établi de la cave.
Il remonte quelques minutes plus tard avec une lourde masse à deux mains.
Le caliban commence à frapper à coups violents sur les jointures qui crépites d’étincelles, le vacarme est assourdissant…
« Bon dieu il ne va pas falloir traîner une fois le coffre ouvert… ».
Aïremyllia, Kira et Lars se sont regroupés en silence autour d’Ilioc qui s’acharne à cogner à coups redoublés depuis 10 minutes déjà…
Le caliban ne sent plus ses bras qui lui paraissent en coton, mais la porte du coffre semble prêt de céder…
A l’extérieur, Piotr écoute les coups sourds provenant des étages de la demeure…
Avec inquiétude, Le druide regarde depuis quelques minutes le bout de la rue, il lui semble discerner des lueurs et des ombres se rapprochant…
Kane est trop loin pour discerner le tumulte dans la maison, cependant de nombreux bruits de pas semblent peu à peu lui parvenir des rues environnantes…
Dans un fracas de ferraille tordu la porte du coffre fort se couche sur le côté…

A suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyJeu 9 Juin 2005 - 12:53

Le contenu du coffre-fort est rapidement vidé par nos apprentis « as » de la cambriole, chacun remet à plus tard d’en faire l’inventaire complet.
Au même moment, dans la rue, les craintes de Pietr s’avèrent finalement fondées, celui ci finit par apercevoir une douzaine de silhouettes en uniforme surgir au pas de course du coin de la rue.
Pietr comprend rapidement que la maison va être cernée dans quelques instants et qu’il ne peut prévenir ses camarades à temps, il trouve alors son salut dans la fuite en se précipitant dans la direction du pont franchissant l’Alcante (il voit d’ailleurs une autre escouade de gendarme muni de mousquets et de lanternes, prendre positions dans les rues adjacentes).
Kane de son côté, n’a d’autre choix que de s’engouffrer au rez-de-chaussée afin d’échapper à ses poursuivants et tenter de prévenir ses compagnons de l’urgence de la situation.
Les bruits provenant de la rue sont parvenus au 2e étage de la demeure, Ilioc jette un rapide coup d’œil à la fenêtre du bureau et confirme que « ça se gâte ».
Un rapide conciliabule s’installe, chacun comprend que la retraite est très probablement déjà coupée…
Kira se rappelle qu’il y a encore un petit escalier qui monte à l’étage (probablement les combles).
« Il faut filer par les toits ! »
Aïremyllia, Ilioc et Lars acquiescent de concert.
Kira décide de descendre rapidement jusqu'à l’escalier de la mezzanine afin de réactiver le piège(et de jeter une poignet de « chausse-trappes » sur le palier menant vers le 1e étage).
« Cela devrait les ralentir un moment… »
En arrivant en haut des marches, elle aperçoit Kane qui grimpe en trombe tout essouffler.
Tous deux remontent rapidement vers les étages…
Quelques instants plus tard, nos 5 amis ont rejoint les combles (visiblement il y a plusieurs pièces ici, mais pas le temps de s’attarder).
Une trappe se trouve au plafond, Ilioc décroche l’échelle à main située non loin et la pose le long du mur.
L’un après l’autre, toute l’équipe se retrouve sur le toit de l’hôtel particulier.
L’analyse rapide de la situation permet de se rendre compte que les environs immédiats de la résidence sont patrouillés par les hommes du guet.
Nos jeunes amis sont à environ 15m du sol et la seule alternative possible reste de tenté de progresser par les toits.
Kane ce rappel alors que son familier (chauve-souris) avait repéré un immeuble en construction pourvu d’un échafaudage pouvant faciliter la descente, il suffirait ensuite de pouvoir franchir le pont traversant l’Alcante situé non loin de là, pour échapper au vaste déploiement de gendarmerie…
Seulement voilà, il faut pour cela franchir trois immeubles et la distance paraît être d’environ 3m pour les deux premiers.
Heureusement, Ilioc à pensait à prendre l’ensemble de son matériel (et en particulier une corde de 15m).
Par sécurité chacune des personnes faisant le « grand saut » est encordée afin d’éviter une chute pouvant s’avérer mortelle.
Ilioc passe le premier et franchit la distance avec facilité.
Aïremyllia, impatiente, saute sans ce poser de question et atterri sans trop de difficulté sur le toit voisin.
Pour Lars et Kira, la manœuvre s’avère plus délicate, il faut toute la force musculaire d’Ilioc (aider par Aïremyllia) pour les hisser sur la corniche voisine.
(Lars malgré sa petite taille, a échoué du bout des doigts, quant à Kira, comme attirer par le vide, elle à plongée tête baissée dans l’abîme et s’écrase douloureusement sur la façade voisine).
Kane pour sa part, arrive à passer de justesse (hum…la peur donne des ailes).
Après avoir perdu un temps précieux, nos 5 larrons s’encordent de nouveau pour le prochain saut qui s’effectue avec des fortunes diverses (Kane échoue d’un bon mètre et Kira se prend pour une enclume volante…).
Après quelques frayeurs et du temps de perdue, ilioc commence à pousser une gueulante pour motiver ses troupes (quelques balles de mousquet commencent à siffler aux oreilles de nos apprentis funambules).
Les choses non par vraiment l’air de s’arranger, le dernier toit à franchir pour atteindre l’échafaudage est distant de plus de 4,5m…
Heureusement la toiture est-elle aussi en travaux, deux poutres ont été placées au-dessus du vide pour faciliter le déplacement des ouvriers pendant la journée.
Ilioc qui passe le premier (comme à son habitude) ne parvient pas à garder l’équilibre, il chute…
Heureusement, il est encordé et parvient à la force des bras à remonter.
Il préfère progresser en s’agrippant par en dessous à l’aide de ses membres.
Passant à son tour, Aïremyllia n’à pas plus de succès, Ilioc doit la remonter à l’aide de la corde pour éviter la chute.
Lars passe sans difficulté au dessus du vide.
Kane et Kira passe en s’asseyant sur la poutre et en progressant lentement (Ilioc s’arrache les cheveux d’impatience).
Les clameurs des gendarmes et la lueur des nombreuses lanternes se font un peu plus lointaine à présent.
Nos 5 compagnons commence à descendre le long de l’échafaudage afin de rejoindre enfin la terre ferme.
Dans sa précipitation, Kane chute lourdement et se contusionne douloureusement l’épaule.
A pas rapide, le groupe franchit enfin l’Alcante et effectue alors un large détour au travers de la ville pour rejoindre le quartier du peuple.
A 2h30 du matin, ils sont de retour à l’appartement ou les attends Pietr (depuis environ 1 heure).
Ralf est couché sur le lit d'Ilioc et ronfle comme une baderne (Ilioc a beau se creuser la tête, il n'arrive plus à se rappeler à quel moment il n'a plus eut ralf dans les pattes...).
Les sacs sont rapidement déballés afin d’examiner les trouvailles de la nuit et en particulier, les précieux documents recherchés par Ragnaar Wolfgroove.

« Un pistolet de Maître (chargé) au canon d’acier bleui et crosse en nacre.
Un petit coffret de velours noir comprenant : une bague en or, une agrafe en platine avec un grenat rouge sombre, une broche en vermeil avec une émeraude.
Une sacoche de cuir noir comprenant 500 Solaires.
Une bourse de velours gris contenant 20 Couronnes.
Un porte-documents comprenant : un courrier signé P.Z, une lettre signée D .h .F, une copie de contrat à l’entête de la banque Lindmann & Fils
».


"Aubertag, 12 Mitterherbst


Sir Parker,

Ces quelques lignes pour vous informer que les transactions avec Monsieur Ouvarov n’avancent guère, l’homme est malin, il refuse que le prêt soit racheté par un tiers.
Ouvarov m’a même laissé entendre qu’il pourrait en parler à la personne concernée si j’insistais davantage.
Bien évidemment cela est intolérable, nul doute que le Penseur lui-même remédiera bientôt à cette situation.
Veuillez également trouver ci-joint la copie de rachat de crédit que vous m’avez demandée.
Je suis passé le voir hier, il avait l’air souffrant.
Comme indiqué par vos soins, je lui ai proposé de racheter la propriété au prix de l’hypothèque, c’est à dire 25 000 Solaires moins les dettes (à savoir 10 000 Solaires environ).
A cela, comme convenu, j’ajoutais une « indemnité de départ » de 25 000 Solaires, tous en lui expliquant notre projet de moderniser l’endroit en lui gardant sa vocation première, mais (évidemment) en ne reprenant pas le personnel.
Il a paru soucieux et profondément abattu, il m’a demandé un délai de 10 jours pour réfléchir à notre proposition.
Quoi qu’il en soit, il n’a pas le choix, il sait qu’il ne sera pas en mesure de trouver la somme pour rembourser son emprunt.
De toutes les manières, la mise aux enchères publiques ne lui rapporterait pas plus d’argent que s’il acceptait notre offre généreuse.
Même si je sais que la chose et plus que secondaire pour nous, la bâtisse et l’emplacement dans le quartier du promontoire, dont plus aucun terrain n’est disponible depuis longtemps, valent au bas mot entre 60 000 et 75 000 Solaires.
Nous gagnons donc sur tous les tableaux.
Bien évidemment, je vous tiens informé des avancés de notre affaire, je sais que vous-même êtes pressé ainsi que notre ami le Docteur.

Votre Dévoué et Fidèle Serviteur.
P.Z

Gloire au Penseur
!"





"Wellentag, 11 Mitterherbst


Très Cher Ami,

C’est pris d’une vive émotion que je prends ma plume pour vous écrire.

Nous touchons enfin au but, la dernière touche au mécanisme est achever, les essais sur les jeunes sujets sont concluants et les capsules de Brouet Organique sont enfin au point.
Seul petite ombre au tableau, la consommation de combustible est importante,
Le Mécanisme réclame un apport énergétique d’une capsule par jour pour fonctionner.
Naturellement, je sais que vous-même et notre ami Zabowski ne ménagés pas vos efforts pour remédier à cette inconvenante situation.
J’espère pour ma part que vous avez bien reçu mes deux présents.
L’un pour vos délicates Roses de Sang, l’autre, qui me vient tous droit d’un de mes lointains correspondant, excitera je suis sur vôtre curiosité.
Venez me voir dés que possible au magasin avec Zabowski, je suis en face finale des tests.
Dans moins d’une semaine, les derniers réglages auront été effectués.
Il ne manquera plus qu’un seul ajout au mécanisme, Le Maître, notre Penseur, il va bientôt pouvoir se mouvoir !

Votre Ami
D. h.F

Gloire au Penseur
!"

Il est tard, chacun est épuisé, toutes réflexions et commentaires sur cette nuit riche en rebondissement et remise au lendemain matin…
Dans le silence qui s’installe, avant de s’assoupir, chacun est conscient qu’il ne reste plus que 4 jours pour sauver ce qui peut l’être, l’orphelinat…

Fin du Chapitre 2e .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon EmptyMar 27 Sep 2005 - 22:37

Chapitre 3e

Pour l’ensemble de nos joyeux aventuriers, cette matinée du Marktag 20 est destinée à faire le point sur la situation dans son ensemble (en résumé cacophonie et opinions variées couvert par les aboiements de Ralf).
D’un commun accord, il est décidé :
-D’essayé de déchiffrer l’étiquette (en partie effacer par l’humidité) du colis ayant servi à transporter le Pantin jusqu’au domicile de Sir Andrew Parker.
En effet, l’adresse de l’expéditeur pourrait faire connaître l’identité de l’auteur de la lettre, le mystérieux D.h.F.
-De tenter de trouver un médecin à Port-à-Lucine dont les initiales pourraient correspondre.
-De se rendre au rdv fixé par Ragnaar Wolfgroove, afin de récupérer les 500 solaires dû, ainsi que des explications sur les raisons réelles et les motivations de leur employeur d’un soir.
Ilioc & Kane partent travailler de bonne heure (l’un à la forge Le Marteau et l’Enclume, l’autre à la morgue de la ville).
Lars part en direction du domicile de Sir Andrew Parker afin de revoir de plus prêt les lieux de leurs périples nocturnes (Qui à dit que les assassins revenaient toujours sur les lieux de leur crime ? héhéhé…).
Les environs de la résidence ont l’air assez calme, mit à part les deux hommes d’armes devant l’entrée principale de l’hôtel particulier et la présence d’une patrouille de gendarmerie non loin de là…
Kira, Aïremyllia, Kralïn, & Pietr commencent leurs investigations en fin de matinée.
Après avoir chercher dans tout le quartier du centre, nos amis se rendent à l’évidence, aucun praticien ne possède un nom pouvant avoir D.(docteur)h.F comme initiales…
En fin d’après-midi, Aïremyllia à une inspiration (comme devant son public ? héhéhé…) « Et s’il ne s’agissait pas d’un docteur en Médecine ? ».
Quoiqu’il en soit, il est trop tard pour creuser cette piste pour l’instant, cette partie de l’enquête est remise au lendemain.
Tout le monde est de retour à l’appartement (Ilioc, Ralf & Kane sont rentraient du travail).
Il est décidé qu’Aïremyllia retournerait à minuit à l’auberge « des Bons Compères » (Quartier des Arts) ou elle a rendez-vous avec Ragnaar wolfgroove afin de lui porter les lettres récupérées dans le coffre-fort de Sir Parker en échange des 500 Solaires restant.
Une Surveillance & protection Discrète de la jeune barde sera effectuée par Kralïn & Ilioc.
Kira, Lars et Pietr seront également dans les environs immédiats, en deuxième rideau…
Kralïn : « Y’a intérêt à c’qui nous déballe tous… sinon ça va ch… ».
Ilioc : « Qu’il file droit et nous dise tout ce qu’il sait ou je lui fends le crâne ».
Devant l’ardeur bouillonnante de ses compagnons, Aïremyllia lève les yeux au ciel…
« On ce calme ! attendons d’abord qu’il s’explique et dans le cas contraire, à vous de jouer ».
Vers 23h, notre équipée sauvage se met en route en direction du Quartier des Arts.
Aïremyllia se présente seule au rdv et s’installe à la même table que deux jours auparavant.
Lars le halfelin s’est assis discrètement dans un coin de la salle.
Ilioc est en faction à quelques pas de l’auberge.
Kralïn fait le guet à l’angle de la rue et observe les environs.
Kira & Pietr sont à une petite centaine de mètre de là et disposent d’une position qui englobe toute la place environnante.
A minuit et demi, Aïremyllia commence à s’impatienter devant son verre de vin fin…
A une heure du matin, il faut bien se rendre à l’évidence, pour une raison inconnue, Ragnaar Wolgroove ne ces pas présentés au rendez-vous…
Tout notre petit monde se retrouve à la porte de l’auberge.
Déception et frustration sont au programme.
« Pas d’infos et… pas d’argent ».
Aïremyllia est amère, et se tournant vers Kralïn et Ilioc.
« Tu parle… comment être discret avec vous deux dans les pattes ».
Ilioc hausse les épaules penaud, kralïn débite des propos obscènes.
Notre équipe prend le parti de rentrer à l’appartement, la nuit étant bien avancée.
Plus ou moins boudeur, Kralïn décide de rentrer de son côté…
Il s’éloigne, se raclant la gorge afin d’avoir une provision de salive suffisante dans le but de produire les crachats les plus glaireux possibles (hé oui, il est comme ça nôtre kralïn quand il est contrarié…).

A suivre


[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les confidences du Bouffon Empty
MessageSujet: Re: Les confidences du Bouffon   Les confidences du Bouffon Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les confidences du Bouffon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Joueurs de Chimeres :: ARCHIVES :: Archives - Jeux & parties :: DD RAVENLOFT-
Sauter vers: